Haute Randonnée Pyrénéenne

16 juillet - 19 août 2009

Voici le souvenir de ma traversée des Pyrénées à pied dans le sens Ouest-Est, d'Hendaye à Banyuls.
Chacun fait "sa" Haute Randonnée, ces pages contiennent mon récit et mes réflexions personnelles.
Puissent-elles être utiles à celles et ceux qui voudraient tenter à leur tour cette belle aventure (et divertir les autres).

A l'internaute

Ami(e), bienvenue ! Ce site est fort simple : pas de "moteur", rien que des pages composées artisanalement, les dix doigts dans un éditeur de texte. Il n'est pas conforme au style à la mode1 (le conformisme n'est pas mon fort) : On n'y retrouve pas la colonne centrale coincée entre deux latérales farcies de pubs et de liens insipides. J'ai voulu au contraire donner une dimension de largeur, pour une lecture panoramique, tel le regard du montagnard sur le paysage !
Un clic sur une étape permet de naviguer ensuite avec "Etape précédente" et "Etape suivante".
"Sommaire" pour revenir à cette page de présentation, idem dans les pages matériel, nourriture et réflexions.

Les 35 étapes

Jour Etape Altitude Dénivelé Temps Observations
1 Col d'Inzola 274 m 520 m 4h45 Cabane
2 Plano de Amezti 585 m 950 m 9h Un peu avant Elizondo
3 Les Aldudes 370 m 1210 m 8h30 Bivouac près d'un petit col à 682m
4 Refuge d'Azpegi 970 m 1190 m 8h45 Variante sous le col d'Orgambidé
5 Col de Bagargui 1327 m 1160 m 8h Chalets d'Iraty, remontée interminable
6 Refuge d'Ardané 1330 m 1000 m 7h Zazpigagn et Pic d'Orhy
7 Cabane de Pédain 1590 m 1700 m 13h Erreur : monté à la Table des Trois Rois !
8 Refuge d'Arlet 2000 m 920 m 7h30
9 Lacs d'Ayous 1970 m 1020 m 7h Variante
10 Lac d'Arrious 2285 m 1630 m 8h30 Variante d'étape
11 Marcadau 1820 m 975 m 8h Variante. Passage Orteig, col d'Arremoulit et de la Fache
12 Refuge de Baysselance 2650 m 1400 m 6h Col d'Arratille et des Mulets, Hourquette d'Ossoue
13 Cabane d'Estaubé 1765 m 1050 m 7h30 Variante d'étape
14 Refuge de Barroude 2373 m 1290 m 7h30
15 Cabane de Trigonier 1970 m 560 m 7h Variante
16 Cabane d'Añes Cruzes 2100 m 1075 m 9h Variante d'étape (1h après Viados)
17 Puente de Coronas 2000 m 1580 m 8h Variante. Refuge d'Estos puis Vallibierne
18 Hospitau de Vielha 1630 m 1050 m 8h45 Coll de Vallibierna, lacs d'Anglios, Salenques
19 Refuge de la Restanca 2000 m 900 m 8h Port de Rius, col de l'Estany de Mar
20 Port de la Bonaigua 2072 m 1300 m 9h Col de Sendrosa 2450m
21 Alos de Isil 1270 m 900 m 8h
22 Abri Enric Pujol 2280 m 1400 m 7h Estany inferior de la Gallina. Super luxe !
23 Refuge de Certascan 2240 m 1100 m 6h Variante : Estany de Guerosso (GR11)
24 Cabane du Pla de Boet 1900 m 1160 m 7h Variante du Val Ferrera par le col de Sellente
25 Cabane de la Serrera 2210 m 1570 m 8h variante par le Port de Bouet et le Port du Rat
26 Cabane de Siscaro 2145 m 1120 m 7h Val d'Inclés
27 Lac de Lanoux 2260 m 870 m 8h30 Cabane de Rouzet
28 Etang de Pradella 1960 m 200 m 7h30 près du lac des Bouillouses
29 Vallée d'Eyne 2335 m 565 m 5h30 Pla de la Beguda
30 Refuge d'Ull de Ter 2220 m 950 m 5h30 Col de Nou Founts, de Nou Creus
31 Mariailles 1690 m 650 m 7h par le Pla Guilhem. Maison forestière
32 L'Estanyol 1480 m 1400 m 8h Canigou. Maison forestière avant le col de la Cirère
33 Ermitage de Les Salines 1080 m 1330 m 9h Refuge non gardé
34 Col de l'Ouillat 936 m 650 m 8h05 Belle fontaine originale
35 Banyuls 800 m 7h15 L'arrivée !

Motivations et choix

Il s'agissait de me lancer dans une grande aventure, quelque chose qui marque dans une vie. Peu de difficulté (je dois dire que j'avais déjà 61 ans) mais une longue distance. Un parcours d'endurance vu comme un voyage initiatique car c'est une remise en cause complète de la pratique habituelle (des aller-retour dans la journée ou des petits raids de quelques jours) où l'on a à peine le temps de changer de lieu que l'on est déjà de retour.
Des choix ont été faits, avant même le départ ou au cours de la marche :

Itinéraire et Variantes

Sans remettre en cause le découpage général du topo Véron, j'y ai fait quelques entorses en réduisant un peu la durée (de 41 à 35 jours), non pour le sport mais grâce à des choix d'évitement ou de contournement et également des variantes de lieu de bivouac :

J'ai aussi un peu triché en faisant du stop dès que je me trouvais sur (ou à longer) du goudron, sauf au Pays Basque où cela fait partie du jeu.

Variantes involontaires, les erreurs d'itinéraire :
La HRP n'est pas signalée en tant que telle (je n'ai dû voir que deux panneaux la mentionnant). Elle ne fait qu'emprunter des chemins balisés ou cairnés, en particulier le GR11 espagnol, assez rarement le GR10 français. Le piège est qu'il faut tôt ou tard quitter ces balisages et l'on doit souvent rebrousser chemin pour trouver la bifurcation manquée. Au Pays Basque, il y a quasiment absence de panneaux et balisage et comme les cols et collines se ressemblent tous, c'est souvent grâce à la numérotation des bornes frontière que l'on arrive à savoir enfin où l'on se trouve !

Cartographie : je me suis limité à prendre le topo de G.Véron et quelques copies imprimées de morceaux de carte de certains endroits (mes variantes). En gros, c'est suffisant, sauf peut-être au Pays Basque !

Horaires

Les miens ne sont pas particulièrement rapides : j'ai toujours mis plus de temps que le topo. Il faut dire que j'y inclus les micro-haltes (mais pas l'heure de pause de midi) et que j'ai veillé à marcher à l'économie, en m'aidant bien des bâtons. Je peux m'en féliciter car je n'ai souffert d'aucune douleur de genou ou de dos.
Peu à peu, mon lever s'est fait plus matinal, surtout à la période des orages l'après-midi : lever à 5h30 pour partir à 6h15, au point du jour. Cela permet d'éviter l'orage de 16h, mais aussi de profiter de la lumière et de la fraîcheur du matin. Ce serait meilleur aussi pour rencontrer des animaux.
Le soir, c'est la fin des petites tâches de l'étape et aussi la faim qui me faisait commencer à préparer le repas vers 18h. Le plus souvent, le coucher suivait de près le repas si je me trouvais seul et je n'avais pas besoin de lampe.

L'hébergement

La météo

Elle n'a pas été très clémente. Après un gros orage en Pays Basque, ce furent des vents forts de sud qui ont perduré pendant une bonne quinzaine.
Orage et pluie encore vers l'Aneto, brouillard à la Restanca et après deux belles journées le retour des orages au Certescans, au Val Ferrera et en Andorre.
L'arrivée en Cerdagne a marqué la fin des vents forts et le retour définitif du beau temps.
Cela s'est même achevé en "cagnard" le dernier jour à la descente vers Banyuls.

J'ai eu droit en tout à trois matins très frais, avec des traces de gelée blanche.

Tout cela doit être pris en compte dans le choix du matériel et des vêtements. C'est la période estivale, certes, mais on est en montagne et même souvent bien au-dessus de 2000m. Le mauvais temps amène très vite du froid. L'orage peut se charger de grêle et même parfois la pluie se changer en neige.

Forme physique

Elle doit être irréprochable pour entreprendre un parcours de cette ampleur.
Une aussi longue randonnée est usante, je ne croyais pas que ce serait aussi dur : j'ai perdu 5 kg (8% de mon poids !).

Il faut absolument s'entraîner, pas forcément à faire des dénivelés record, mais au moins à tenir des journées de plus de 8 heures de marche. On apprend aussi à se connaître et à arrêter les petits ennuis dès qu'ils apparaissent. Je suis très surpris lorsque je lis des compte-rendus où des gens autrement plus sportifs que moi racontent qu'ils avaient des ampoules aux pieds dès le premier jour.
Les tendinites qui apparaissent plus tard et qui causent beaucoup d'abandons sont peut-être dues à un rythme trop rapide (et à la déshydratation, c'est connu).
Une allure de marche relativement lente, une bonne hydratation et l'usage efficace des bâtons m'ont épargné les douleurs de muscles et tendons. La seule chose handicapante qui me soit arrivée fut un ongle incarné à quatre jours de l'arrivée : J'ai eu beau désinfecter et couper l'ongle le plus à ras possible, c'était dur au chaussage et je poussais un cri à chaque fois que je tapais avec le pied dans un caillou.

Quelques étirements à midi et un peu plus le soir. L'hygiène corporelle (surtout celle des pieds) est importante.

Remarque : Le sur-entraînement avant le départ peut aussi jouer des tours. Peu avant une traversée de la Corse j'avais fait une sortie avec un fort dénivelé à marche rapide suivie d'une grimpée avec de l'escalade. A la descente s'est déclarée une tendinite à un genou. Une semaine plus tard, départ pour la Corse où la tendinite s'est réveillée dès la fin de la première étape pour ne plus me lâcher de tout le parcours, accompli en serrant les dents dans les descentes et en appuyant comme une brute sur les bâtons... Cela gâche un peu le plaisir.

Liens intéressants

Nico et Olivier des rapides et légers (28 jours, en 2003).
Jérôme un rude (24 jours, en 2008), avec un sens de l'autonomie et de la simplicité.
Nathalie B solitaire féminine (37 jours, en 2 fois en 2005).
Anthony Michelon (35 jours, en 2008) avec des variantes et des réflexions profondes en plus.
Sebastopol et sa compagne (36 jours , en 2009) sur le forum de la MUL.
La MUL (marche ultra-légère), le site de référence !
Les modifications de mon double-toit (forum de la MUL).

Contact

Vous êtes peut-être parvenu ici à partir du site de "Randonner-léger". Vous pouvez remonter le lien.
Sinon cliquer sur celui-ci : http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=18206
Mon pseudonyme est "Avrel Vor". Vous pouvez continuer le "fil de discussion" public ou bien utiliser le bouton "E-mail" pour m'envoyer un message personnel.

note 1 : Ce site est conforme à des standards internet stricts, ce que vous pouvez vérifier :

Valid XHTML 1.1   CSS Valide !  Ce site s'affiche mieux avec le navigateur Firefox (voir et télécharger)

mise à jour : 27/08/2011